Quand on parle du Myanmar (ex Birmanie) on pense aux sites exceptionnels  de Bagan et ses milliers de temples sublimés par les levers et couchers de soleil (voir les articles ici, et là) , les villages lacustres du Lac Inle (voir les articles ici et ), les pagodes somptueuses couvertes d’or, les villes royales autour de Mandalay et plein d’autres sites encore…
Mais le Myanmar c’est aussi l’histoire de tout un peuple, dont  malheureusement certaines ethnies (le pays en compte 135) connaissent encore  de violentes répressions militaires, comme celle qui  s’était abattue en 2017 contre la minorité musulmane des Rohingya, entrainant la fuite de  800 000 personnes vers le  Bangladesh voisin et sans doute une dizaine de milliers de morts.
Mais malgré la répression de la Junte militaire, les conflits, les rebellions ethniques, et l’exploitation, la population offrent aux voyageurs que nous sommes l’image d’un peuple attachant, souriant et généreux.
Je ne résiste pas aujourd’hui à l’envie de vous faire partager un bout de route avec eux:

Commençons par leur leur ferveur envers Bouddha. Elle est spectaculaire, pour preuve ces marées humaines qui déferlent dans les temples et les marchés attenants. On y mange et on y dort sur place lors des pélerinages !

 

 

Côté ville, la Birmanie une vraie fourmilière, bruyante et colorée ! Entre « pétrolettes », bus bondés, embouteillages, et marchés animés, on a vite le tournis !!

 

 

Le pays s’ouvre à la modernité, avec, malheureusement, tous les dangers que celà comporte si cette ouverture est mal contrôlée: pauvreté, cassure sociale, mafia, perte des traditions et de l’ identité culturelle, et j’en passe. Les contrastes commencent à se voir, comme cette gare de Rangoon d’un autre âge, écrasée au milieu d’un quartier d’affaire en plein expansion

LL

 

ou ces immeubles défraîchis à deux pas de beaux quartiers… je vous laisse apprécier le développement du réseau électrique et des paraboles TV totalement anarchiques !

 

 

Côté campagne, les gens continuent à vivre avec de petits moyens, dans des habitations de fortune bien souvent, vivant  de la culture et de l’artisanat, selon des méthodes ancestrales la plupart du temps,  de la débrouille, du partage, et de petits commerces en bordure de route.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Assurément ce qui restera dans ma mémoire sur ces gens d’ailleurs, ce sont leur sourire et leur générosité… et regardez bien comme leurs sourires éclatent sur de nombreuses photos.

« Le sourire que tu envoies revient vers toi » (proverbe hindou)
J’espère que ces sourires vous auront touchés aussi, bonne journée à vous qui avez pris le temps de parcourir cet article, et à bientôt.

 

Et bien sûr, si ces sourires vous ont inspirés, n’hésitez pas à partager quelques mots avec moi dans les commentaires en bas de l’article. C’est toujours un plaisir de vous lire !